Mise à jour le
01-04-2007
Webmaster


visites à ce jour
Accueil Chez Did
F1
La Chapelle
Land Max II
La config du PC familial
Servez-Vous
Liens

E-mail
Courrier





 

 

 Michael Schumacher champion du monde, pilote de F1  Jordan, Benetton, Ferrari

Michael SCHUMACHER

1994 1995 2000  2001 2002 2003 2004
Né le 3 Janvier 1969 à Hürth-Hermülheim (Allemagne)
 1991 Étranges circonstances pour l'arrivée de Michael Schumacher en F1. C'est Eddie Jordan qui fait appel à lui pour remplacer Bertrand Gachot incarcéré à Londres pour agression sur chauffeur de taxi. Il ne court que le GP de Belgique pour JORDAN où il abandonne dans 1er tour (Embrayage). Mais sa séance de qualif. a impressionné Flavio Briatore (BENETTON) qui l'engage dès le GP suivant à Monza où il termine 5ème et inscrit ainsi ses 2 premiers points.
1992 Sans complexe, Schumacher progresse très vite, pour sa seconde année en F1, il accède 7 fois au podium et gagne de main de maître son 1er GP à Spa devant les deux WILLIAMS de Mansell et Patrese, un an juste après ses débuts. Il termine 3ème du championnat du monde.
1993 Une seule victoire à Estoril (Portugal) pour Schumacher, qui sur 16 GP termine 9 fois sur le podium et abandonne 7 fois (ça passe ou ça casse). Cette saison s'achève sur une 4ème place derrière Prost (WILLIAMS), Senna (McLAREN), Damon Hill (WILLIAMS).
1994 Début de saison tonitruant, Schumacher s'adjuge les 4 premiers GP. La disparition d'Ayrton Senna à Imola laisse l'allemand sans réel concurrent. Mais les choses se compliquent, pénalisé de 10 secondes à Silverstone pour avoir dépassé Hill pendant le tour de formation, il est finalement disqualifié l'équipe BENETTON n'ayant pas fait exécuter la pénalité dans les délais prévus. Un mois et demi plus tard nouvelle disqualification à Spa cette fois pour non conformité technique, de surcroît Schumacher écope de 2 GP de suspension. LA FIA voulait-elle cela, pour ménager le suspens...   Avant le départ du dernier GP à Adélaïde, Hill n'est qu'à un point derrière Schumacher. Au  35ème tour Hill tente un dépassement, Schumacher plonge à la corde et c'est l'accrochage, les deux jeunes loups abandonnent, et Schumacher est sacré champion du monde. Schumacher savait qu'il serait le rival de Senna mais il pensait qu'Ayrton aurait gagné en 94.
1995 Après la victoire d'un petit point en 94 Schumacher ne s'attend pas à une saison facile face à Damon Hill. Malgré 6 points de retard après 3 GP. L'allemand et sa BENETTON RENAULT reprennent le dessus de façon éclatante notamment au Nürburgring face Jean Alesi qui compte jusqu'à 40 secondes d'avance mais qui finit par s'incliner à 6 tours de l'arrivée.  Puis nouvelle démonstration à Spa où parti de la 16ème place sur la grille, Schumacher refait son retard en 16 tours et dans un exercice de funambule, devance Hill. Bonne saison pour Schum qui remporte 9 victoires et gagne son second titre mondial en battant de Hill de 33 points.
1996 L'arrivée de "Schum" chez FERRARI provoque des commentaires assez variés, nombre d'observateurs se demande ce qui peut pousser l'allemand à quitter BENETTON RENAULT un team qui gagne pour FERRARI qui est plutôt au creux de la vague. Sans doute le goût du challenge et l'image mythique de la "Scuderia" et peut-être aussi les 26 millions de dollars annuels qui lui sont offerts. Malgré un travail acharné, La FERRARI F310 n'est pas très fiable, ni très performante. 1ère victoire pour Schum et FERRARI  à Barcelone où seul son coup de volant fait des miracles sous une pluie incessante. Une autre à Spa puis à Monza. 3ème du championnat (53 pts) mais à bonne distance des deux pilotes WILLIAMS; Hill (97pts) et Villeneuve(78pts).
1997   Durant la saison, le leadership change à 6 reprises entre Schumacher et Villeneuve. Les WILLIAMS signent 4 victoires dans les 6 premiers GP. Mais après sa victoire à Monaco sous le déluge, Schum, reprend la tête du championnat à Villeneuve. L'avance du Schumacher atteint 14 points après le GP de France, mais au dernier rendez-vous de la saison au GP d'Europe à Jerez, Schum n'a plus qu'un point d'avance. Après une qualif d'anthologie, Schum réalise le même chrono que les deux pilotes WILLIAMS Villeneuve et Frentzen (1:21.072) . Villeneuve part en pole car c'est lui qui à fait ce temps le 1er, Schumacher est second. L'allemand plus rapide au départ,  garde la tête jusqu'au second pit-stop, après cet arrêt Schumacher perd du terrain (problème de pneus), au 47ème tour Villeneuve tente de le dépasser, Schumacher donne un coup volant à droite pour enrayer l'attaque du canadien, la F310B sort de la piste et s'immobilise dans le bac à sable, Villeneuve continue, il est champion du monde Quelques jours plus tard, la sanction de la FIA tombe: Schumacher est exclu du classement du championnat pour conduite antisportive, mais conserve les points  acquis durant la saison.
1998 Sûr que la toute nouvelle F300 est l'arme qui lui permettra gagné, Schum déchante très vite, dès le premier GP à Melbourne le moteur de sa monoplace rend l'âme après 8 tours. Son nouvel adversaire s'appelle Hakkinen (2 GP 2 victoires). Grâce à quelques averses Schum s'impose en Argentine. Il doit ensuite attendre la mi saison et le GP du Canada pour l'emporter à nouveau malgré un stop and go de 10 secondes, puis sur sa lancée, il s'impose à Magny-cours de bout en bout (doublé FERRARI). Sous pluie battante, il signe sa 3ème victoire d'affilée à Silverstone ,malgré un nouveau stop and go de 10 secondes, Il passe la ligne d'arrivée le premier mais dans le pit-lane pour effectuer sa pénalité. Bien que moins rapide que Hakkinen, Schumacher gagne le GP de Hongrie grâce à sa stratégie de ravitaillement. Monza le verra vaincre à nouveau (doublé FERRARI) et Schum rejoint Hakkinen avec 80 points. Suzuka dernière course, l'allemand n'a que 4 points de retard sur Hakkinen, mais cale sur la grille, et doit s'élancer en fond de grille. Au 18ème tour l'artiste est 5ème. 30ème tour un accrochage anodin entre Tuero (MINARDI) et Takagi (TYRELL) va avoir des conséquences imprévues; au 31ème Schum passe sur les débris des 2 monoplaces et en pleine ligne droite le pneu arrière gauche de la F300 éclate, c'est l'abandon. Michael Schumacher n'est pas champion du monde. Second il est battu de 14 points   
1999 La saison commence comme c'est terminé la précédente, Au GP d'Australie, Schumacher cale au départ du tour de formation. il part en dernière position, 27ème tour il est alors 4ème, il rallie son stand au ralenti "crevaison". 31ème tour nouvel arrêt pour changer de volant. Il termine 8ème et dernier. Malgré 2 victoires consécutives à Imola et Monaco ou il gagne de bout en bout Michael se présente au GP de Grande Bretagne avec un retard de 10 points sur Hakkinen. Départ plutôt manqué pour Schumacher qui se retrouve 4ème au 1er virage. Deux pilotes sont restés scotchés sur la grille, la direction de course brandit le drapeau rouge, mais au même moment Schumacher retarde son freinage pour dépasser Irvine, les freins arrières de la F399  lâchent, la monoplace sort de la piste à plus de 300 km/h et termine sa course dans un mur de pneus. Double facture tibia-péroné de la jambe droite, Schum est "out" . Absent pendant 6 GP, il fait un retour fracassant et en tenant Hakkinen à distance, puis en se laissant dépasser par Irvine, lui offre la victoire du GP de Malaisie. Fin de saison à Suzuka Schumacher finit second et permet ainsi à FERRARI de gagner la coupe constructeur, mais n'empêche pas Hakkinen d'empocher son second titre pilote. 
2000 La saison démarre en fanfare pour l'allemand, 3 courses et 3 victoires à Melbourne, Sao Paulo et Imola et déjà 24 points d'avance sur son rival Mika Hakkinen. A ce moment, on se demande bien qui pourra arrêter Schumacher dans sa course au titre. Le premier coup d'arrêt intervient à Monaco, alors qu'il est bien installé en tête du GP, au 55ème tour (sur 78), une suspension arrière s'affaisse, et c'est l'abandon. L'été est très dur pour Schum moteur cassé en France, puis accrochage dans le 1er virage en Autriche et en Allemagne. Le pilote FERRARI perd la tête du championnat en Hongrie, où il ne peut que subir la loi d'Hakkinen. La fin du championnat est tout à l'avantage de Schumacher qui signe 4 victoires consécutives à Monza, Indianapolis, Suzuka, et Kuala Lumpur (Malaisie). Michael remporte sa troisième couronne mondiale. Après Joddy Scheckter en 1979  et 21 ans d'attente un pilote FERRARI est sacré champion du monde. FERRARI emporte la coupe constructeur.
2001 Après une première victoire à Melbourne, Schumacher démontre toute sa maestria en Malaisie, après quelques tours seulement, une énorme averse s'abat sur Sepang. La plupart des pilotes partent à la faute et Schumacher n'y échappe pas. La piste devenue très dangereuse, le safety-car entre en piste. La FERRARI n°1 de Schum rentre au stand pour un changement  de pneu. Quand la course est relancée au 10éme tour, l'allemand pointe au 11ème rang, il se livre alors à une démonstration de pilotage sur piste mouillée. 3 tours plus tard, il est revenu 3ème, dans le 15ème tour il est 2ème et porte son attaque sur Coulthard (McLAREN) alors en tête qui ne peut résister. Michael enfonce le clou au rythme de 5 secondes au tour, il est rapidement hors de portée, il ne lui reste qu'à gérer pour signer sa seconde victoire (et 6ème consécutive). La belle série de victoire s'arrête au Brésil, où il est battu par Coulthard. Au GP d'Espagne, la victoire est de nouveau rendez-vous, mais avec beaucoup de chance, puisque dans le dernier tour, il compte 40 secondes de retard sur Hakkinen (McLAREN) quand se dernier abandonne à quelques centaines de mètres de l'arrivée. Schum s'adjuge le titre de champion du monde dès le GP de Hongrie soit 4 courses avant la fin de la saison, il rejoint ainsi  Alain  Prost avec 4 titres. Une nouvelle victoire en Belgique, la 52ème de sa carrière, Michael Schumacher effectue un nouveau pas dans l'histoire de la F1 puisqu'il détient désormais seul le record du nombre de victoires. La saison s'achève sur nouvelle victoire à Suzuka (JAPON). Bilan 2001 : 11 poles postions - 14 podiums -  9 victoires - 123 points marqués marqués.  Michael Schumacher a littéralement écrasé la concurrence. Mais des jeunes loups ont commencé à démontrer leur talent.
2002 La voiture de 2002 n'est pas prête pour le GP d'ouverture à Melbourne c'est donc au volant d'une F2001 que Schumacher prend le départ. Le doute est de courte durée même avec sa "vieille" auto, Schumi emporte la 1ère de ses 11 victoires de l'année. Le second rendez-vous est fixé en Malaisie, là, le champion allemand ne peut que subir la loi des 2 deux BMW-Williams. Il ne se classe que 3ème derrière son frère Ralf et Montoya, son plus mauvais résultat de saison. La FERRARI millésime 2002 s'appelle F2002, elle arrive en course au Brésil. Après 3 victoires consécutives, au Brésil, à San Marin et en Espagne, l'allemand parait intouchable. Pourtant au GP d'Autriche, Michael est bel et bien malmené par son équipier Rubens Barrichello qui fait la pole et semble devoir l'emporter. Mais dans les derniers tours de courses, les ordres de Jean Todt patron de l'écurie tombent... c'est Schumacher qui doit gagner, Barrichello doit le laisser passer.  Dans le dernier tour Schumacher revient  juste derrière Barrichello, à quelques mètres de l'arrivée, le brésilien freine, laissant la victoire à son équipier. C'est la consternation unanime. Schumacher laisse monter Barrichello sur la plus haute marche du podium, la cérémonie se déroule sous les huées du public bafoué. Mis à part Monaco, la suite de la saison est un festival Ferrari, les arrivées étant arrangées pour que les 2 pilotes ne s'affrontent pas entre eux.  Michael Schumacher est assuré de son  5ème titre dès le GP de France soit 6 courses avant la fin de la saison. Le nouveau champion du monde décroche presque tous les records un à un. Avec 144 points, 17 podiums en 17 courses, 11 victoires. Il sera difficile à Schumi de faire mieux. Coté FERRARI on compte 221 points, 15 victoires, dont 9 doublés et un 4ème titre consécutif.
2003 Début d'année chaotique, avec la monoplace de 2002, pour le quintuple champion du monde, 4ème en Australie, puis seulement 6éme en Malaisie. Le troisième GP au Brésil est disputé sous la pluie. Parti 7ème, il remonte jusqu'a la 3ème place, avant de perdre le contrôle de sa F2002 et d'aller finir dans un mur de pneu. La Ferrari 2003 se fait attendre pour le début de la tournée européenne. A San Marin Michael, qualifié en pole, signe enfin sa première victoire de l'année. la F2002 termine, là, sa formidable carrière, 15 victoires en 19 courses. Au volant de la F2003 GA, Schumi emporte les deux courses suivantes en Espagne et en Autriche où malgré un incendie dans sa voiture pendant le pit-stop, il reste imperturbable à son volant. La 5ème place décrochée au Nürburgring, marque le début d'un été difficile, 5 Grand Prix sans victoires. Ferrari a du mal à réagir face à la concurrence de plus en plus pressante notamment des Williams de J.P. Montoya et Ralf Schumacher. A Hockenheim alors qu'il est 2ème à 5 tours de l'arrivée, une crevaison l'oblige a regagner les stands au ralenti pour finir finalement 7ème. Il touche le fond en Hongrie, là, il termine la course 8ème mais a un tour du 1er. Les tifosis attendent Monza, avec impatience, Schumi les rassurent, pole, meilleur tour en course et victoire. Le GP des USA se déroule sous de fortes averses, dans ces conditions Michael est intouchable, mais se n'est pas suffisant pour s'assurer le titre, tout se jouera donc à Suzuka, il manque 1 point à Schumacher pour être couronné pour la 6ème fois.  Au Japon Rubens Barrichello est tête interdisant la victoire à Kimi Raïkkonnen, seul challenger pour titre pilote. Après une course catastrophique (14ème sur la grille et 2 accrochages en course) Michael Schumacher termine 8ème et marque le point qui lui manquait. 6ème couronne mondiale pour Schumi qui bat le record historique de Fangio. La victoire Barrichello permet à FERRARI  d'être champion du monde des constructeurs pour la 5ème fois consécutive. 
2004 Si la fin de saison 2003 laissait présager d'une bagarre intense pour les 2 championnats, il n'en fut rien. La saison débute à Melbourne et dès le premier GP, Schumacher assomme la concurrence dès les premiers essais et jusqu'a la victoire de la course. La F2004 s'avère une auto d'exception qui permet à l'allemand de signer 5 victoires consécutives, Australie, Malaisie, Bahreïn, San Marin et Espagne, lors de ces 5 courses Rubens Barrichello complète la domination de Ferrari en assurant le doublé à 3 reprises. Au GP de Monaco alors qui est provisoirement en tête et que la course est sous safety-car, Schumacher et Juan Pablo Montoya (WILLIAMS), s'accrochent. A la sortie du tunnel c'est l'énorme surprise, la F2004 du Michael réapparaît avec la roue avant gauche pliée, c'est l'abandon pour l'allemand. Monaco n'est qu'un incident, dès le GP suivant au Nürburgring, Schumi est de nouveau aux avant-postes. Pole, meilleur tour et victoire, la série continue avec 7 victoires d'affilée. Une nouveauté stratégique est mise en place à au GP de France à Magny Cours. Alors que Schumacher est 2ème coincé derrière Alonso (RENAULT) sans aucune chance de le dépasser, Ferrari change sa stratégie de ravitaillement et opte pour 4 pit-stop, c'est une grande première. Ce 4ème arrêt, associé quelques tours d'anthologie (2s plus vite qu'Alonso) permet à l'allemand de remporter le GP. La première défaite " à la régulière" de Schumacher lui est infligée à Spa par Kimi Raïkkonnen le jeune prodige de chez McLAREN. Mais en finissant second, le pilote Ferrari s'assure son 7ème titre de champion du monde alors qu'il reste 4 courses à disputer. Le désormais septuple champion monde commet quelques erreurs en fin de saison, tête à queue à Monza, il termine second derrière son équiper Barrichello. Un autre tête à queue en qualif., suivi d' un autre en course au GP de Chine à Shanghai. Vexé de s'être fait battre à deux reprise sur des erreurs, Il renoue avec le succès à Suzuka. Et termine sa saison sur une 7ème place à Sao Paulo (BRÉSIL). Avec 13 victoires, il n'aura finalement laisser aucune chance à ces adversaires, Barrichello ajoutant 2 succès porte à 15 le nombre de victoires pour Ferrari sur 18 courses. Encore une grande année pour le team de Maranello.

.

Ses résultats en F1

actualisés  le 01 avr. 2007

 

( ) Nombre de points pris en compte pour le championnat du monde (cf. règles pour attribution des points)