Mise à jour le
24-03-2006
Webmaster


visites à ce jour
Accueil Chez Did
F1
La Chapelle
Land Max II
La config du PC familial
Servez-Vous
Liens

E-mail
Courrier





 

 

Nelson Piquet champion du monde, pilote de F1, Ensign, Mc Laren, Brabham, Williams, Lotus, Benetton

Nelson PIQUET

1981 1983 1987
Né le 17 Août 1952 à Rio de Janeiro (Brésil)
1978 Nelson Piquet débute en F1 au volant d'une modeste ENSIGN FORD, cette première tentative au GP d'Allemagne, se solde par un abandon après 32 tours... Moteur cassé. Recruté ensuite par Mc LAREN, il n'a pas beaucoup plus de réussite, il abandonne en Autriche (sortie de piste), puis au GP des Pays Bas (boite de vitesse), avant de terminé 9ème à Monza. Dernier GP de la saison, la chance sourit au jeune brésilien, il est engagé pour piloter une BRABHAM ALFA ROMÉO aux cotés de Niki Lauda et de John Watson.
1979 La BRABHAM BT48 est lourde et son moteur ALFA ROMÉO très gourmand, n'est plus compétitif, Nelson  Piquet n'inscrit ces premiers points qu'au GP des Pays Bas à Zandvoort en terminant 4ème. L'arrivée de la nouvelle BT 49 à moteur FORD COSWORTH pour les 2 derniers GP de la saison ne change rien. Piquet termine 15 ème au championnat avec 4 petits points. Mais la nouvelle BRABHAM est très prometteuse.
1980 Nelson signe son 1er podium dès le 1er GP en Argentine en terminant second derrière Alan Jones (WILLIAMS). 30 Mars, 1ère Pole Position à Long Beach au GP des USA (cote Ouest) qu'il remporte ensuite de bout en bout. Malgré sa régularité qui lui permet d'être souvent dans les points, Nelson Piquet  doit attendre la fin du mois d'Août et le GP des Pays Bas à Zandvoort pour retrouver le chemin de la victoire, il précède René  Arnoux (RENAULT) et Jacques Laffite (LIGIER FORD). La victoire est encore au rendez vous 15 jours plus tard au GP d'Italie disputé à Imola en battant les 2 WILLIAMS FORD de Jones et Reutmann. Au Canada il réussit la pole mais une casse moteur le contraint à l'abandon. Nelson Piquet est second du championnat remporté par Alan Jones.
1981 La BT49 est à la limite de le légalité. Les jupes devant être fixes et à 5 centimètres du sol, un système pneumatique, lui permet de passer les contrôles techniques, et une fois en piste, le pilote peut redescendre sa monoplace de 5 centimètres, retrouvant ainsi tout son effet de sol. Toute fois Bernie Ecclestone propriétaire de BRABHAM et président de la FOCA réussit sans trop de problèmes à la faire homologuer. Grâce à ce système Piquet remporte au GP d'Argentine la première de ses 3 victoires de la saison. La lutte est serrée si bien que le titre se joue au dernier GP à Las Vegas (USA) entre Carlos Reutmann 49 points (WILLIAMS FORD), Piquet 48 points, Jacques Laffite 43 points (LIGIER MATRA). Dans une course terrible menée à un train d'enfer par Jones, Reutmann en prise avec des problème de boite de vitesse termine 9ème, Laffite trahi par ses pneus Michelin est 6ème.  Nelson Piquet réussit à conserver sa 5 ème place d'un peu plus d'une seconde marque 2 points ce qui lui permet de passé devant Reutmann d'un point et de ceindre sa 1ère couronne mondiale.
1982 La nouvelle monoplace de Piquet est propulsée par un moteur BMW suralimenté, mais après l'échec du 1er GP à Kyalami, le team BRABHAM préfère revenir au moteur FORD COSWORTH. Le résultat ne se fait pas attendre, dès le GP suivant au Brésil, Piquet signe une belle victoire à domicile, mais il est disqualifié pour poids non conforme de sa voiture. Le moteur BMW refait son apparition pour GP de Belgique Nelson inscrit 2 points en terminant 5ème du GP endeuillé par la disparition de Gilles Villeneuve. La seule victoire de la saison est acquise au GP du Canada, suite à l'abandon de Arnoux (RENAULT) Piquet se retrouve en tête au 9 ème tour et remporte la course, son équipier Ricardo Patrese prend la seconde place. Les moteur suralimentés n'étant pas encore très fiables,  Piquet avait un moteur BMW turbo et Patrese un moteur FORD atmosphérique. La fin de saison est difficile mais le moteur BMW progresse très vite.   Piquet après avoir mené 16 tours termine 4 ème au GP de Suisse disputé à Dijon.
1983  En fin de saison 82 BRABHAM avait testé une nouvelle technique; Faire un ravitaillement en carburant et un changement de pneus pendant le GP. Jusque là sans résultat convaincant. Au GP du Brésil, Piquet part avec de l'essence pour la moitié de la course, le gain de poids lui permet d'arriver à la mi-course avec 1'20" d'avance sur Prost (RENAULT), il faut 15" pour ajouter 100 litres d'essence et changer 4 pneus. Repartant avec des gommes neuves et 54" d'avance le Brésilien s'envole vers un succès facile. Ensuite GP de France 2è derrière Prost, puis Silverstone encore 2è derrière Prost , et 3é en Autriche à la mi-Août Piquet compte 14 points de retard sur Prost, il reste 6 GP à courir. En fin de saison, le moteur BMW trouve un second souffle, et Piquet signe avec une insolente facilité 2 victoires consécutives au GP d'Italie à Monza et au GP d'Europe à Brands Hatch. Le titre se joue donc à Kyalami. "Je veux ce titre et je dirigerai ma course en fonction du championnat" avait déclaré Piquet la vielle de la course. La bataille s'annonce difficile mais la rivalité entre les 2 protagonistes reste bon enfant, Neslon vient même coller un autocollant de son fan club sur la Renault de son rival mais néanmoins ami Alain Prost. Dès le 1er tour le Brésilien part en tête, creuse l'écart forçant Prost à pousser son moteur RENAULT. Victime de son turbo le français abandonne au 35è tour, Nelson Piquet ne pense plus qu'au titre, il lui faut juste rallier l'arrivée en 4è position pour être sacré champion du monde. Il lève sérieusement le pied laissant la victoire à son équipier Ricardo Patrese.  Au classement final Piquet champion du monde devance Prost de 2 points (59 / 57). C'est la première victoire pour un moteur turbo. Néanmoins un doute plane sur cette victoire, le carburant utilisé par BRABHAM, ne serait pas conforme, après analyse la FISA donne une explication très peu convaincante et entérine le résultat du championnat du monde.
1984 Dans un championnat archi dominé par Lauda et Prost sur Mc LAREN PORSCHE, la BRABHAM BMW est toujours très rapide, mais beaucoup moins fiable que l'an passé. Piquet signe 9 poles positions, mais abandonne également 9 fois sur problème mécanique. Le double champion du monde emporte 2 victoires acquises au Canada devant Niki Lauda et à Détroit où seulement 6 pilotes sur 26 passent la ligne d'arrivée. 
1985 Fidèle à BRABHAM pour la septième année consécutive, Nelson Piquet ne joue plus les premiers rôles, il doit se contenter une seule victoire au GP de France. Il part en 5è position sur la grille, puis au 11è tour, il dépasse Kéké Rosberg, et s'empare de la tête de la course pour l'emporter finalement avec 6 secondes d'avance sur Rosberg. Sa dernière saison avec BRABHAM s'achève avec 21 points et une 8è place au championnat.
1986  Piquet est passé chez WILLIAMS. Le V6 turbo de HONDA claironne d'une telle puissance que le titre mondial ne semble pas pouvoir échapper aux WILLIAMS. Le championnat débute au Brésil et d'emblée Nelson Piquet s'impose devant son public, son compatriote Ayrton Senna (LOTUS RENAULT) s'inclinant de 35".8 secondes. Quelques podiums ensuite notamment au GP d'Angleterre où avec Mansell (1er) il réalise un doublé WILLIAMS. Il retrouve la plus haute marche du podium au GP d'Allemagne, Nelson devance Senna. Le moteur HONDA fait encore merveille à Monza et Piquet s'impose devant Mansell. La saison se termine à Adelaïde (Australie) suite à l'éclatement d'un pneu de Rosberg, Piquet se retrouve leader du GP, talonné par Prost, l'un des deux sera sacré champion du monde. Chez WILLIAMS on s'inquiète, Mansell vient d'éclater un pneu trop usé, alors on rappelle Nelson Piquet pour un pit stop, le brésilien sait que s'il s'arrête, Prost va remporter le titre, alors il continue, mais cela devient dangereux au 64 ème tour la WILLIAMS HONDA rentre au stand, et Prost empoche le titre.
1987 A Imola aux cours des essais, Piquet sort de la piste à 300 km/h dans la courbe de Tamburello, victime d'une commotion cérébrale, les médecins le garde en observation, lui interdisant de participer à la course. dans ce championnat Nelson accumule les secondes places toujours devancé par Mansell, Prost  ou Senna. C'est avec énormément de chance qu'il remporte 3 victoires. Hockenheim à 5 tour de l'arrivée alors que Prost est en tête et va l'emporter, sa courroie d'alternateur casse, laissant la victoire à Piquet. C'est ensuite au GP d'Autriche que Mansell solide leader du GP perd un écrou de roue à 6 tours du drapeau à damier et Nelson de nouveau chanceux inscrit sa 2è victoire, et enfin à Monza à Senna est leader à 8 tours de ligne d'arrivée quand inexplicablement il commet une erreur de débutant en doublant un attardé cette sortie de piste permet une nouvelle fois à Piquet de s'imposer. Alors qu'il a été régulièrement dominé par ses 3 rivaux  Nelson Piquet  remporte son 3è titre, avant même le dernier GP. Encore un coup de théâtre au Japon... Mansell qui peut encore le battre est gravement accidenté aux essais à Suzuka, il est non partant pour la course.
1988 Mécontent de la politique de chez Williams, Piquet est arrivée chez LOTUS RENAULT pour prendre la baquet laissé libre par Senna. Comme tout la reste du plateau, Nelson court pour ramasser les miettes laissées par le tandem Senna Prost sur leur Mc LAREN HONDA. La saison débute par 2 podiums GP du Brésil  puis Imola elle se termine de même manière à Adélaïde  3è derrière Prost et Senna. Piquet inscrit 22 points et termine 6ème au classement du championnat.
1989 LOTUS perd le moteur RENAULT. Un peu comme en 1985 Piquet n'a pas la voiture pour lui permettre de briller il régulièrement battu par les pilotes WILLIAMS et FERRARI et bien sur par les Mc LAREN, il se contente de quelques places d'honneur, notamment au Canada, en Angleterre et au Japon où il termine 4ème.
1990 Arrivé chez BENETTON FORD, Nelson Piquet retrouve une F1 un peu plus compétitive, il marque régulièrement des "petits points". Toujours très opportuniste, profitant du célèbre accrochage Senna / Prost et de la rupture de boite de Mansell, Piquet s'impose au GP du Japon et son équipier Moréno vient compléter le doublé BENETTON FORD tout à fait inattendu. La fin de saison est fructueuse (et chanceuse) pour le brésilien, un problème de frein de Senna, en tête depuis 61 tours, lui permet de s'imposer de nouveau 15 jours plus tard au GP d'Australie à Adélaïde. Grâce à ses deux victoires in extremis, il termine 3è du championnat (43pts) à égalité avec Berger (Mc LAREN). Senna 1er (78pts), Prost 2è (71pts)
1991 Dans un championnat où Mc LAREN HONDA et WILLIAMS RENAULT ne laisse qu'une seule victoire leur échapper, c'est encore le chanceux Nelson Piquet, qui se trouve là pour récolter la victoire. GP du Canada: Après l'abandon de Senna, Berger, Prost et la crevaison de Patrese, Nelson est tout heureux de se  retrouver 2è du GP à bonne distance de Mansell intouchable, alors il   décide de lever le pied pour assurer la seconde place. Dans le dernier tour, le team BENETTON indique à Piquet d'accélérer car Mansell à des problèmes. A quelques secondes de l'arrivée, Piquet dépasse la WILLIAMS de Mansell et l'emporte avec une chance incroyable. Explication: A 1Km de l'arrivée Mansell sûr de sa victoire le bras lever vers le ciel salut le public et bêtement oublie de rétrograder et il rentre dans l'épingle en 6ème, le régime moteur est si bas que la WILLIAMS cale. Piquet peut dire un grand merci à Mansell qui lui offre ainsi sa dernière victoire en GP. En fin de saison un petit nouveau, Michael Schumacher, arrive chez BENETTON, il est régulièrement plus rapide que Piquet, le brésilien à 39 ans, il décide de raccrocher.

 

Ses résultats en F1

( ) Nombre de points pris en compte pour le championnat du monde (cf règles pour attribution des points)

Année

Ecurie

GP Disputés

Victoires

Poles

Meilleurs tours

Points marqués

Classement

1978

Ensign Ford

1

0

0

0

0

NC

McLaren Ford

3

0

0

0

0

Brabham Alfa Roméo

1

0

0

0

0

1979

Brabham Alfa Roméo

13

0

0

1

3

15

Brabham Ford

2

0

0

0

0

1980

Brabham Ford

14

3

2

1

54

2

1981

Brabham Ford

15

2

4

1

50

1

1982

Brabham BMW

12

1

1

2

20

11

Brabham Ford

1

0

0

0

0

1983

Brabham BMW

15

3

1

4

59

1

1984

Brabham BMW

16

2

9

3

29

5

1985

Brabham BMW

16

1

1

0

21

8

1986

Williams Honda

16

4

2

7

69

3

1987

Williams Honda

16

3

4

4

76 (73)

1

1988

Lotus Honda

16

0

0

0

22

6

1989

Lotus Judd

15

0

0

0

12

8

1990

Benetton Ford

16

2

0

0

44 (43)

3

1991

Benetton Ford

16

1

0

0

26,5

6

TOTAL

204

22

24

23

485,5